Vive le Grunge !

12 11 2013

On ne l’avait jamais fait. Même eux, ça les a fait sourire quand on leur a proposé l’idée. Du Grunge en appart, pensez donc, fallait oser ! Mais ça valait vraiment le coup. Passées quelques ballades folk à la mélodie entêtante (le superbe Terrible Plan), le set de Mummy’s Gone a pris des allures furieusement grunge et fait résonner l’appartement de la rue Clémenceau de part en part. Un set intense, délivré sans artifices par un Sébastien Uranga impeccable à la batterie et un Julien Codaccioni dont le charisme est toujours aussi impressionnant depuis ses débuts dans les 10 rue de la Madeleine, son précédent groupe. A vous donner envie de brancher votre guitare acoustique !

Lire le reste de cette entrée »

Publicités




Comment on dit déjà ?

14 10 2013

Au lendemain du 21e concert en appart de Gumguts et alors que l’association vient de souffler ses 4 bougies à Montpellier (225 000 vues sur Youtube pour 200 vidéos dédiées aux artistes émergents), il était important de répondre à une question que tout le monde se pose depuis le départ. La réponse en images…

Lire le reste de cette entrée »





Aywa met la fièvre !

29 09 2013

Le concert de clôture de la saison d’été de Gumguts aura permis de se rendre à l’évidence : Aywa emporte tout sur son passage ! Emmené par un Adil Smaali au charisme de plus en plus impressionnant malgré son jeune âge (23 ans), le quintet montpelliérain ensorcelle les foules avec sa fusion du raï, du rock, du jazz et des musiques du monde. Portée par une énergie rebelle et spirituelle à la fois, le chanteur d’Aywa déserte les sentiers battus du raï pour s’aventurer en terre plus inconnue et résolument actuelle.  Le charme opère aussi bien en arabe qu’en français, à l’image de l’envoûtant Serpent qui danse…

Lire le reste de cette entrée »





Sous la lune bienveillante…

25 09 2013

On les avait quitté en novembre dernier après un passage réussi sur la scène de Victoire 2 à l’occasion du festival 34 Tours. Ils étaient venus présenter leur premier EP de cinq titres, In Reverse, qui oscillait entre pop planante et rock psychédélique. Depuis Muhadib a réalisé plusieurs résidences et joué aussi bien à La Paloma de Nîmes qu’au Sonambule de Gignac, distillant avec générosité sa relecture personnelle du chef d’oeuvre de science fiction « Dune ». A quelques semaines de la sortie de leur premier album, le timing était idéal pour programmer le trio en jardin. Un soir de ciel sombre où la lune a percé les nuages et repoussé l’orage le temps du concert…

Lire le reste de cette entrée »





Une « deep soul » gagnante !

19 04 2013

Curtis Mayfield, Marvin Gaye ou encore le bassiste Bootsy Collins. Les références vocales de Léna Rodes, chanteuse de Léna & The Deep Soul, sont des chanteurs à la voix sensuelle qui susurrent à l’oreille… Pour autant, la musique de la montpelliéraine ne se réduit pas à quelques déhanchés et autres caresses vocales. Son ambition est de pousser le public sur le dancefloor et ses compositions empruntent autant à la soul (le redoutable Sexy Man) qu’à la funk (I want to Funk U) ou au disco (I can’t Hide it). Une « Deep Soul » qui s’avère aussi bien taillée pour l’écoute intimiste au casque que pour les grandes messes live !

Lire le reste de cette entrée »





Le groove dans la peau…

2 04 2013

C’est un album que l’on pourrait acheter uniquement pour sa pochette tant elle est sexy !  Mais ce qu’il y a à l’intérieur de « Burn » est à l’image de cette chanteuse à la coiffure afro qui dégraffe son bustier sur un fond ocre « old school » : du funk et de la soul dans le pur esprit des 70’s ! Mais « Burn » est aussi jazzy et moderne. Car pour mixer l’album, Léna Rodes s’est adjoint les services de Jason Jaknunas (Souljazz Orchestra) à Ottawa. Ce  que ne dit pas « Burn » en revanche, c’est que le groove de Léna & The Deep Soul est furieusement contagieux en live !

Lire le reste de cette entrée »





L’espoir selon N3rdistan…

11 02 2013

Allez savoir pourquoi, nous n’avions pas prévu d’enregistrer Wa Yeah. Concentrés que nous étions sur les morceaux plus électroniques de N3rdistan. Heureusement qu’un deuxième set était prévu ce soir-là ! Quel dialogue incroyable entre la voix de Walead, chanteur et compositeur de N3rdistan et la flûte peul de Ben Cucchiara ! Ces deux-là se sont rencontrés chez Matthieu Lesieur, au studio « Record it » de Perpignan. Ils ont tout de suite eu envie de travailler ensemble sur un projet de musique traditionnelle africaine (Walead Ben Selim). Mais aussi d’inviter la flûte sur le set éléctro de N3rdistan. Dans l’écrin du « Parcours », Wa Yeah se pare des toutes les couleurs des graffitis et collages de Smole, Salamech et Al Sticking. Une chanson d’une rare intensité.

Lire le reste de cette entrée »