Jonnystyle, happening de haut vol !

7 05 2013

C’est une réelle performance qu’a réalisée l’artiste montpelliérain Jonnystyle lors du vernissage de l’exposition « L’enfant du pays » à la galerie At Down ! Alors que le public déambulait au milieu des toiles accrochées aux cimaises, voilà que le gaillard est apparu sur un toit en face de la galerie, muni de ses bombes et équipé d’une caméra subjective. Une foule compacte s’est alors pressée sur la terrasse pour admirer le graffeur dans ses oeuvres… Les caméras de Gumguts n’ont rien manqué.

Lire le reste de cette entrée »





Street Art du sol au plafond !

22 11 2012

Le 6 janvier 2013 il ne restera rien. Pas une seule pierre. La maison sera entièrement détruite. Seules quelques toiles survivront, exposées chez leurs nouveaux propriétaires. Lancé il y a plus d’un an – alors que la demeure était à l’abandon – le projet du propriétaire, l’architecte François Fontès, aura dépassé toutes les attentes. Depuis l’inauguration du 20 octobre, des milliers de visiteurs ont arpenté le « Parcours » pensé par les graffeurs Salamech, Smole et le collagiste Al Sticking. Six mois d’intervention auront été nécessaires pour transformer cette villa en un lieu incontournable de la culture « street ». Un lieu d’autant plus magique qu’il est éphémère.

Lire le reste de cette entrée »





Voyage à Cuba…

30 03 2010

De retour de Cuba, la plasticienne Isabelle Marsala et le sculpteur Jean-François Raynal ont présenté leurs dernières créations à l’Atelier du Garage aux Beaux-Arts. L’occasion de convier Jean-Paul Bocaj et ses « bâches » cubaines et de présenter les peintures au café d’Elizardo Plumer, artiste cubain installé à Gap et soutenu par l’association Montpellier Cuba Solidarité. Une soirée riche de rencontres et d’émotions picturales. Avec des étoiles plein la tête…

reportage : François

http://www.isabelle-marsala.fr
http://www.galeriebocaj.com





Petit Pépé Noël…

24 12 2009

L’année se termine en fanfare pour Gumguts avec un dernier reportage aux Beaux-Arts. Comme chaque année depuis qu’il a ouvert « Chez Pépé« , Ezzedine a convié tout le quartier à participer à son marché de Noël. Dans son resto, on croise de vrais artistes montpelliérains qui vendent leurs oeuvres et qui sont avides de rencontres. L’occasion idéale d’acheter un cadeau original qui a une histoire. Du coup, on en profite pour partager un verre de vin chaud et échanger quelques marrons… cuits à point. Pour ceux qui craignent vraiment le froid, Les Judas se chargent de réchauffer l’atmosphère au son du « Passenger » d’Iggy Pop. Même les bébés apprécient le punk maintenant !? C’est peut-être ça la magie de Noël…

reportage : François

http://www.myspace.com/lesjudas





Soulié le contemplatif…

8 12 2009

Combien de fois en passant boulevard du jeu de Paume votre regard a-t-il été happé par une oeuvre d’art dans la vitrine Hambursin-Boisanté ? Une fois, dix fois, trente fois peut-être ? A chaque fois ! Car les propriétaires de cette galerie privée ont un goût sûr. L’exposition de ce mois de décembre ne déroge pas à la règle. Dream Catcher, c’est le récit de voyage aux Etats-Unis de Tony Soulié. En quinze « photopeintures », l’artiste parisien nous raconte son périple aux Etats-Unis entre la côte Est et L’Arizona. Inutile de chercher un message dans la référence aux Dream Catchers, ces objets amérindiens censés attraper nos rêves. La seule interrogation de Tony Soulié est celle de l’homme face à son environnement, qu’il s’agisse d’une mégapole ou d’un désert. Le reste est affaire de cadrage et de recouvrement par une palette de couleur abstraite. Le résultat est une oeuvre sensible et sans mièvrerie. Résolument moderne.

François

Jusqu’au 28 décembre
galerie Hambursin-Boisanté
15, Bd du jeu de Paume-Montpellier

http://www.galeriehambursinboisante.com





Yes they paint !

3 12 2009

En choisissant d’exposer trois jeunes diplômés de l’école des Beaux-Arts de Nîmes, Jean-Paul Guarino entend bien montrer qu’un nouveau courant est en train de naître dans la peinture. Un courant qui se permet toutes les hybridations comme dans les toiles de Mika Perez. A propos de son travail, Julia Scalbert explique : « le regard du spectateur doit en quelque sorte « traverser » la peinture pour identifier l’objet« . Chez cette génération l’artefact laisse la place à plus d’émotion : « Si mes productions semblent naïves et cruelles, mon travail serait comme un rire nerveux, décrypte Sonia Foulc (…) La peinture anime quelque chose d’une vitalité, d’une respiration, d’une tension, autant d’idées qui s’apparentent à une présence, à un être-là« . Pour Jean-Paul Guarino, cette (r)évolution de la manière de peindre est aussi importante que l’élection de Barack Obama à la Maison Blanche.

Yes We Paint
Jusqu’au 19 décembre
Vasistas galerie, Montpellier

reportage : Gwen, Maël

http://www.vasistas.org