Les fantômes d’Elise…

15 05 2010

C’est une balade mystère à travers les ruelles de l’Ecusson que propose le off des Boutographies jusqu’au 23 mai. Une balade à la recherche des « Instants Suspendus » d’Elise Ortiou Campion. En dix clichés réalisés dans des lieux du patrimoine régional (Conservatoire d’Anatomie, Château de la Mogère, Mas René, etc.) la photographe met en scène son double fantomatique…

reportage : François
bande son : Trouble Scene / M.W.D.©M.W.D. CC-By

Les lieux d’exposition : rue de la Barralerie, rue du Petit Saint-Jean, rue de l’Argenterie, passage Lonjon, rue de l’Aiguillerie.

http://www.eliseortioucampion.com

Site Internet du festival :
http://www.wix.com/buzzarts/off

Publicités




Off des Bouto : c’est parti !

12 05 2010

Dix ans que les Boutographies se mobilisent en faveur de la belle photo à Montpellier. A l’occasion de la dixième édition du festival qui se déroule du 8 au 23 mai au pavillon populaire et au carré Saint-Anne, le festival se dote d’un off organisé par l’association Buzz’arts. Un off qui s’étend sur tout le centre-ville et qui fait la part belle aux nouvelles pratiques tels que le light painting et la lomographie. Première étape d’un parcours de cinq reportages…

Reportage au Caprice : François
Bande son : Nine Street Arago, Mélatchav

Site Internet du festival :
http://www.wix.com/buzzarts/off





Girls just want to have punk…

1 04 2010


Double événement ciné/photo au Subsonic ce vendredi 2 avril dans le cadre de la soirée CinéSubsonica. Côté projection, le documentaire « Come on ! People » réalisé par Julien Bossé, Jean-François Maître et Thomas Rabillon va ravir tous les fans du groupe culte angevin Les Thugs (le DVD devrait sortir en 2010). Les fans des Cramps ne sont pas oubliés non plus avec « Trash is Neat – Part I », première partie de l’histoire non autorisée du groupe américain (1979-1986). Enfin, côté photo, Gilles Garrigos présente sa série de clichés N&B « Girls just want to have Punk ». Tout un programme… pour 2 euros seulement.

François

http://www.myspace.com/cinesubsonica





Mises à mort en série…

8 03 2010

Ancien élève de l’école des Beaux-Arts de Montpellier, Lucien Pelen présente une série de travaux photographiques très réussie à la galerie ChantiersBoîteNoire de l’Ecusson. Dans des clichés noir&blanc de petite taille – hommage au photographe du XIXe siècle Hippolyte Bayard – il met en scène son double, le bien nommé De Pré-Bouzié, dans des paysages magnifiques de Lozère. Emprutant à la photo de gestes, Pelen nous invite à la contemplation (mer de nuage, seul autoportrait connu, intérieur vide) ; convoque l’histoire de l’art (baigneur dos, art mineur, dépeindre le réel) ; nous force à sourire de ses « mises à mort » (mise en terre, mise en neige, noyé bassin, etc). Un travail d’une grande poésie, à l’image du surréaliste étranglé par la forêt… A voir jusqu’au 27 mars.

reportage : François
bande son : Dure-Mère, SM, The Skeleton Band

http://www.leschantiersboitenoire.com
1 rue Carbonnerie, Montpellier
mercredi > samedi 15.00 > 19.00





La scène du ring

12 12 2009

La boxe chez Denis Fournier c’est d’abord une histoire de famille. Une culture née de l’après-guerre lorsque la France se passionne pour un certain Marcel Cerdan. Denis voit le jour à Montpellier six ans après le titre de champion du monde du « bombardier marocain ». Le décor est planté, le petit Denis traînera ses guêtres dans les salles de boxe et montera sur le ring. Mais c’est une autre de ses passions qui va le révéler au grand public : la musique. Et pas n’importe quelle musique. Celle qui permet une grande liberté d’improvisation ; le Jazz. Véritable déclaration d’amour au noble art, « L’appel du ring » convoque les plus grands noms de la boxe (formidable séquence d’entraînement de Mohamed Ali) aussi bien que les amateurs des clubs de boxe du Sud de la France. On sort du spectacle groogy, les paroles de De Niro (dans Raging Bull) encore dans la tête et la rétine imprégnée par cette photo de Miles Davis, le poing serré sur le ring.
Du grand art.

reportage : François, Maël

http://www.myspace.com/denisfournier
http://www.denisfournier.fr/
http://www.lachapelle-gely.com





Shoote-moi le monde !

14 09 2009

Autant le dire tout de suite, le monde est moche. Vraiment moche. Encore plus moche lorsqu’il est photographié par des reporters de talent. Mais c’est l’essence même du festival international du photojournalisme de Perpignan : montrer le monde tel qu’il est. Deux travaux nous ont particulièrement marqués cette année.

La force du regard
Prix du jeune reporter de la ville de Perpignan, Massimo Berruti nous montre un Pakistan méconnu. Celui de la transition démocratique en 2008. Avec un sens du cadrage époustouflant, il suit les juges et avocats impliqués dans ce processus. Dans la rue, il nous amène au plus près de la population pachtoune qui, au milieu du chaos, refuse de céder à la peur des Talibans. Du Noir&Blanc pour l’Histoire…


Rawalpindi, février 2008. Réunion de magistrats dans les locaux de l’Association du Barreau avant le départ d’un rallye.
© Massimo Berruti / Agence VU / Représenté en Italie par Grazia Neri

Pas besoin d’aller dans un pays en guerre pour capturer la force d’un regard. Pendant cinq ans, Brenda Ann Keanneally a accompagné le passage à la majorité de six jeunes femmes de la ville de Troy dans le Nord de l’Etat de New-York. Upstate girls, ou le quotidien miséreux des femmes de la classe ouvrière américaine. Edifiant.

Kenneally-Expo_080
Terry dans sa chambre au YWCA de Troy, New York.
© Brenda Ann Kenneally / Prix Canon de la Femme Photojournaliste décerné par l’AFJ (lauréate 2008)

Tous les clichés présentés à Visa pour l’image ne sont pas tristes ou graves. On citera l’humour de Viktor Drachev quand il photographie le quotidien des habitants de Minsk au Bélarus, la nostalgie de Stanley Greene pour le San Franscico « sexe, drogue et rock’n roll » des 70’s, l’espoir de Callie Shell qui suit la campagne de Barack Obama en coulisses ou encore le sentiment de plénitude qui semble étreinte Steve McCurry devant ses Instants privilégiés.

Davantage de jeunes photojournalistes
Quelle que soit la force de tous ces clichés, les photojournalistes ont de plus en plus de difficulté à faire publier leur travaux. « Avant les magazines étaient tenus par des journalistes, insiste Jean-François Leroy, directeur du festival. Maintenant ils le sont par des banquiers qui ne s’intéressent qu’à la rentabilité. La mort du photojournalisme ? Pas forcément : Je suis très fier de constater que Visa reste le rendez-vous des jeunes photojournalistes. Cette année nous avons accrédité 40% de jeunes en plus. Dans un contexte difficile, où certains médias sont occupés à vendre du temps de cerveau disponible à Coca-Cola, c’est encourageant.  »

La 21ème édition du festival international du photojournalisme de Perpignan a fermé ses portes au grand public dimanche 13 septembre, mais elle reste ouverte aux scolaires une semaine de plus.

Reportage : François

http://www.visapourlimage.com





Capturer l’essence du rock…

13 09 2009

En 30 ans, Richard Bellia a photographié les plus grandes stars du rock. Des clichés qu’il a compilés dans un superbe album intitulé : « Un oeil sur la musique 1982-2007« . A l’occasion des dernières Nuits Sonores de Lyon dont le thème était Londres, il a exposé une vingtaine de photos dans le magasin Agnès b. de la Presqu’île. C’est le début d’une grande tournée dans les enseignes de la marque qui va le conduire de Paris à Montpellier, de Cannes à Lille en passant par Bruxelles.
A Montpellier l’artiste a choisi une vingtaine de clichés qui sont autant de rencontres importantes dans sa carrière : Joe Strummer, David Bowie, Iggy Pop, Robert Smith, James Brown, Kurt Cobain,… Des grands formats en Noir&Blanc uniquement réalisés en argentique, « parce que la pellicule a une âme ! »

Photographies de Richard Bellia du 5 au 30 septembre 2009 chez Agnès b. 14 rue Foch à Montpellier

Reportage : François, Maël, Vincent
Bande son : Within a Show, Paraverse, Wall Kursed, Crazy Dance, Lanes

Richard Bellia

http://richardbellia.typepad.com/
http://www.myspace.com/richardbellia