Une équipe dédiée à l’artiste !

19 01 2012

Comment mettre à profit quatre jours de résidences dans une salle de musique actuelle ? En travaillant d’arrache-pied tous les aspects du concert à l’image de Fausta ou en reprenant inlassablement la technique musicale comme Mr Blackstone. Au final, quatre jours c’est très court. Mais c’est déjà un luxe incroyable… (deuxième partie).

Réalisation :
François Revouy

Cadrage live :
Vincent Bonneaud
Damien Priest
Denise Olivier
François Revouy

©Gumguts Prod 2011

Publicités




Un tour de harpe….

20 12 2011

Qu’il semble loin le temps de ce concert à la maison des choeurs où Fausta affrontait seule, à la harpe et à la voix, l’imposante chapelle Saint-Charles ! Dans le public, le chanteur Dimoné appréciait la performance… Puis vint le temps du passage en studio pour travailler les arrangements et sortir un premier album « Come on over the ground » en mai 2010 (studio Vox). Mais la jeune femme dû quitter Montpellier pour s’installer dans une région voisine. C’était pour mieux revenir un an plus tard. Sélectionnée par 34 Tours, la voilà de retour sur une scène pour travailler son spectacle. Son, lumière, arrangements, organisation du set, Fausta profite même des conseils artistiques de Dimoné. Le 5 novembre à 20h30, le son de sa harpe s’élève dans la pénombre de Victoire 2…

http://www.myspace.com/faustamusic/stream

Pour candidater au dispositif 34 Tours 2012, rendez-vous sur http://www.heraultmusiquedanse.fr, rubrique “Pratiquer et Progresser”, “Musiques actuelles”.





100% stimulés !

15 11 2009

Dix jours de découvertes, de surprises, d’émotions… La 8ème édition du festival Montpellier à 100% a tenu toutes ses promesses. En ouverture, le groupe Fanga a donné un de ses meilleurs concerts à Montpellier. Le lendemain la jeune harpiste Fausta a laissé son public sans voix ; la sienne évoluant haut dans le ciel quelque part entre CocoRosie et Nico. Ceux qui ne furent pas du Brunch du dimanche, purent se rattraper avec l’audacieuse installation de Valentin Durif à Kawenga. Dans son atelier-cuisine, des « cliquetis » perturbaient les perceptions sonores et visuelles des visiteurs. A la Chapelle de la miséricorde, les automates de Pierre Bastien jouaient leur étrange concerto pour Meccano et cordes, tandis qu’au Trioletto, le chanteur Fred Viola volait la vedette à la jeune Anja Plaschg de Soap&Skin… Mais s’il ne devait rester qu’une image de cette 8ème édition, ce serait sans aucun doute « Stimuline », le concert audio-tactile donné par Lynn Pook et Julien Clauss… à même la peau des visiteurs !

Reportage : François, Gwen, Maël