Entre glockenspiel et violons…

19 05 2012

Ce qu’il y a de bien avec les beaux textes c’est qu’ils ouvrent en grand les portes de notre imaginaire. 150 Révolutions est de ceux-là. Un texte profondément poétique dans la lignée d’un autre morceau incontournable de Chozpareï : traits blancs. Le dialogue entre le glockenspiel et les violons ajoutent à la beauté de ce titre qui figure sur le nouvel album « Laissons-les à terre ».

Esteban Martinez : chant, violon, guitare acoustique, scie musicale
Colin Durand : basse, contrebasse, guitare
Grégory Bonfillon : saxophone, clarinette, flûte traversière, bouzouki
Jean-Baptiste Pene : accordéon, choeurs
Vincent Tana : guitare électrique, basse, ukulélé, choeurs
Loïc Massini : batterie, glockenspiel

Clara Del campo : violon
Mathias Lahiani : violon

Son : Manu Bonn
Régie : Yann Rigollot
Lumiere : David Favier

Cadrage vidéo :
Vincent Bonneaud
Barbora Belohlava
Dorris Haron Kasco
François Revouy

Montage/Post-Prod :
Vincent Bonneaud
François Revouy

http://www.myspace.com/chozpareï

http://chozparei.free.fr/

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :