Dans l’ombre de Radiohead…

18 09 2009

Le rock nîmois fait de l’oeil à la pop britannique. Waterlillies, Smoking Kills et même les Panik Angelik qui chantent en français ont le regard tourné Outre-Manche. Idem pour le groupe Lanes dont les envolées lyriques évoquent Muse et Radiohead. Extrait d’Inside et entretien avec Flo, le chanteur et guitariste en marge du concert que Lanes a donné à l’Antirouille le 11 septembre dernier.

Reportage : Shanti, Maël

photo Flo
Flo, comment l’aventure Lanes a-t-elle démarrée ? On s’est fait repérer par la bourse des jeunes talents de Nîmes qui est un concours organisé par la mairie. On a obtenu un budget qui nous a permis d’aller enregistrer en studio, d’avoir des concerts, des contacts et une crédibilité en plus. Une scène significative nous a beaucoup aidés l’an dernier : les Arènes de Nîmes en première partie de Mika. Grâce à cette date, on a fait plein de rencontres.
Vous êtes un jeune groupe. Comment vous-êtes vous rencontrés ? Le groupe n’a que 3 ans d’existence, mais nous sommes une équipe soudée depuis très longtemps. Greg, le second guitariste, c’est mon frère. Tedj, le batteur, c’est mon ami d’enfance et on était ensemble au collège. Olive, le bassiste, c’est aussi un très bon ami.
Vous avez les mêmes influences ? On écoute beaucoup de rock anglais ou américain. Dans notre musique on aime mélanger la puissance du son US avec des compositions plus lyriques, assez british. Avec des références assez marquées comme Radiohead.
Rush of life est sorti en janvier 2008. Vous travaillez sur un nouvel album ? On a les morceaux, mais le titre de l’album n’est pas encore défini. On devrait l’enregistrer en novembre pour une sortie prévue en mars 2010. Il sonnera très différemment du premier. On a eu envie de rajouter des effets électroniques comme ça se fait beaucoup aujourd’hui dans les groupes de rock. Sur scène on aura aussi des machines.
C’est quoi l’ambition de Lanes ? De pouvoir montrer ce qu’on fait au plus large public possible. On y met toute notre énergie, on est à 100% dans ce projet-là. On ne sait pas si on pourra en vivre, mais on espère faire plein de belles choses.

C’est tout le mal qu’on leur souhaite.

Propos recueillis par François.

http://www.myspace.com/lanesenergy

Publicités




Grunge en stock

17 09 2009

Depuis le sortie de son Ep Psychotic Lowland en 2008, Kursed n’a pas chômé. Après une série de concerts dans l’Hexagone et un passage remarqué sur Canal+ en juin dernier (lire l’article du 8 août 2009), le groupe de Beaulieu devrait changer de statut en signant un contrat avec le manager marseillais Michel Cataneo. Promotion d’envergure à prévoir donc pour le prochain maxi « Like a Coffee » annoncé pour 2010. Un maxi qui sonnera moins grunge que le précédent opus, kursed s’ouvrant aux influences jazz, psyché et post-rock. Le pressage et la distribution devraient revenir au label lillois Hells on wheels records. Un jeune label « plein d’ambition« , se félicite déjà Hugo le chanteur du groupe. En attendant, Kursed teste ses nouvelles compos sur scène. Si vous n’étiez pas à l’Antirouille le 11 septembre dernier… Nevermind ! Gumguts y était.

http://www.myspace.com/kursed3

Reportage : François, Shanti, Maël





Shoote-moi le monde !

14 09 2009

Autant le dire tout de suite, le monde est moche. Vraiment moche. Encore plus moche lorsqu’il est photographié par des reporters de talent. Mais c’est l’essence même du festival international du photojournalisme de Perpignan : montrer le monde tel qu’il est. Deux travaux nous ont particulièrement marqués cette année.

La force du regard
Prix du jeune reporter de la ville de Perpignan, Massimo Berruti nous montre un Pakistan méconnu. Celui de la transition démocratique en 2008. Avec un sens du cadrage époustouflant, il suit les juges et avocats impliqués dans ce processus. Dans la rue, il nous amène au plus près de la population pachtoune qui, au milieu du chaos, refuse de céder à la peur des Talibans. Du Noir&Blanc pour l’Histoire…


Rawalpindi, février 2008. Réunion de magistrats dans les locaux de l’Association du Barreau avant le départ d’un rallye.
© Massimo Berruti / Agence VU / Représenté en Italie par Grazia Neri

Pas besoin d’aller dans un pays en guerre pour capturer la force d’un regard. Pendant cinq ans, Brenda Ann Keanneally a accompagné le passage à la majorité de six jeunes femmes de la ville de Troy dans le Nord de l’Etat de New-York. Upstate girls, ou le quotidien miséreux des femmes de la classe ouvrière américaine. Edifiant.

Kenneally-Expo_080
Terry dans sa chambre au YWCA de Troy, New York.
© Brenda Ann Kenneally / Prix Canon de la Femme Photojournaliste décerné par l’AFJ (lauréate 2008)

Tous les clichés présentés à Visa pour l’image ne sont pas tristes ou graves. On citera l’humour de Viktor Drachev quand il photographie le quotidien des habitants de Minsk au Bélarus, la nostalgie de Stanley Greene pour le San Franscico « sexe, drogue et rock’n roll » des 70’s, l’espoir de Callie Shell qui suit la campagne de Barack Obama en coulisses ou encore le sentiment de plénitude qui semble étreinte Steve McCurry devant ses Instants privilégiés.

Davantage de jeunes photojournalistes
Quelle que soit la force de tous ces clichés, les photojournalistes ont de plus en plus de difficulté à faire publier leur travaux. « Avant les magazines étaient tenus par des journalistes, insiste Jean-François Leroy, directeur du festival. Maintenant ils le sont par des banquiers qui ne s’intéressent qu’à la rentabilité. La mort du photojournalisme ? Pas forcément : Je suis très fier de constater que Visa reste le rendez-vous des jeunes photojournalistes. Cette année nous avons accrédité 40% de jeunes en plus. Dans un contexte difficile, où certains médias sont occupés à vendre du temps de cerveau disponible à Coca-Cola, c’est encourageant.  »

La 21ème édition du festival international du photojournalisme de Perpignan a fermé ses portes au grand public dimanche 13 septembre, mais elle reste ouverte aux scolaires une semaine de plus.

Reportage : François

http://www.visapourlimage.com





Capturer l’essence du rock…

13 09 2009

En 30 ans, Richard Bellia a photographié les plus grandes stars du rock. Des clichés qu’il a compilés dans un superbe album intitulé : « Un oeil sur la musique 1982-2007« . A l’occasion des dernières Nuits Sonores de Lyon dont le thème était Londres, il a exposé une vingtaine de photos dans le magasin Agnès b. de la Presqu’île. C’est le début d’une grande tournée dans les enseignes de la marque qui va le conduire de Paris à Montpellier, de Cannes à Lille en passant par Bruxelles.
A Montpellier l’artiste a choisi une vingtaine de clichés qui sont autant de rencontres importantes dans sa carrière : Joe Strummer, David Bowie, Iggy Pop, Robert Smith, James Brown, Kurt Cobain,… Des grands formats en Noir&Blanc uniquement réalisés en argentique, « parce que la pellicule a une âme ! »

Photographies de Richard Bellia du 5 au 30 septembre 2009 chez Agnès b. 14 rue Foch à Montpellier

Reportage : François, Maël, Vincent
Bande son : Within a Show, Paraverse, Wall Kursed, Crazy Dance, Lanes

Richard Bellia

http://richardbellia.typepad.com/
http://www.myspace.com/richardbellia





Rock me my friends !

8 09 2009

Montpellier fait sa rentrée rock vendredi 11 septembre. Mais il faudra se couper en deux ou avoir le don d’ubiquité… deux salles jouant la carte locale.

Kursed

Come as you are
Les orphelins de Nivarna vont se précipiter à l’Antirouille pour voir Kursed distiller un savant dosage de rock alternatif et de grunge. Ce jeune groupe en plein devenir a déjà eu les honneurs de Canal+ ; la chaîne cryptée les ayant retenus comme « album de la semaine » le 6 juin dernier. Au programme également, les gardois de Lanes qui nous promettent une Crazy dance entre pop lyrique et rock gonflé. Les toulousains de Eaters seront aussi de la partie à l’occasion de la sortie de leur EP Unreal Dream.

http://www.myspace.com/kursed3
http://www.myspace.com/lanesenergy
http://www.myspace.com/antirouillemusicbar

Renverser
Le rock à textes prendra lui ses quartiers au Baloard avec Aménie. Le groupe de Julien Fortier présentera la sortie de son 4 titres autoproduit, « La Cruauthèque ». Du rock râpeux et gothique qui ne craint ni les guitares saturées – la Cruauthèque – ni les accords de piano magnifiques – Les anges de passage. Un 4 titres surprenant qui nous emmène dans le Toulouse de Nougaro tout en convoquant Arno- Négatif blues – et flirte carrément avec les beats électro –Lady Delay. Aménie partagera l’affiche avec le montpelliérain Lazare dont le titre Renverser aurait pu servir d’accroche à cette belle soirée.

http://www.myspace.com/ameniemyspace
http://www.myspace.com/lazaremusique
http://www.myspace.com/baloard

amenie visuel1





Nada Roots en salade…

5 09 2009

Le Soul Sun Studio remet le couvert et prolonge l’été en invitant Nada Roots à Villeneuve-les-Maguelone dimanche 13 septembre (repas à 13h, concert à 15h). Pour ceux qui seraient passés à côté de l’album « Superstar » c’est l’occasion idéale de découvrir du bon son roots, reggae et hip-hop mixé à la sauce créole (Nada est réunionais). Une alchimie qui pourrait s’inviter jusque dans nos assiettes…

http://www.myspace.com/100limit
http://www.myspace.com/nadarootsprod

Nadasuperstar